MaternETHIC : entre obligations légales, demandes sociétales et gestion du risque biomédical : quelle éthique du consentement et de l'information pour l'accouchement en milieu hospitalier ?

Sage-femme clinicienne au CHU d’Angers, Lucile Abiola réalise une thèse en épistémologie, "MaternETHIC. Entre obligations légales, demandes sociétales et gestion du risque biomédical : quelle éthique du consentement et de l’information pour l’accouchement en milieu hospitalier ?".

Une violence obstétricale peut être définie comme tout "acte médical, posture, intervention, non approprié ou non consenti", selon les termes de l’Académie de Médecine (2018). Il peut donc s’agir d’un acte médicalement justifié mais sans information préalable ou consentement de la mère, dans un contexte, qui plus est, "de demande sociétale de démédicalisation de l’accouchement", souligne Lucile Abiola. Ce type de violence génère des insatisfactions chez les femmes, voire des séquelles psychologiques pouvant aller jusqu’à l’ESPT (état de stress posttraumatique) ou l’altération de l’attachement maternel. Or, durant l’accouchement, des décisions doivent parfois être adoptées en urgence pour la santé de la mère et l’enfant : rupture artificielle des membranes, épisiotomie, application des instruments… Cela complique naturellement le recueil du consentement.

Pour dresser un tableau clair de la situation, Lucile Abiola conjugue deux volets. Volet quantitatif, tout d’abord : il s’agit d’estimer la prévalence de l’ESPT à un mois de l’accouchement, ainsi que les facteurs de risque associés (manque d’information, absence de consentement, non prise en compte du projet de naissance…). Et la chercheuse de souligner : "Le manque d’implication des femmes lors des décisions les concernant pendant le processus de la naissance semble au cœur du problème". Volet qualitatif, ensuite : par des observations et entretiens, Lucile Abiola s’attachera à décrire "l’éthique du consentement des professionnels" et "la place laissée aux femmes dans le processus décisionnel". Ce, afin d’améliorer les conditions de déroulement des accouchements et de dépasser le dualisme soignants-soignés.

Entretien avec Lucile ABIOLA

Sage-femme clinicienne au CHU d’Angers, Lucile Abiola consacre sa thèse à "l’éthique du consentement et de l’information pour l’accouchement en milieu hospitalier". Des décisions médicales, en effet, sont prises pour la santé de la mère et de l’enfant, parfois en urgence : rupture artificielle des membranes, épisiotomie, recours aux instruments… Ces décisions, si elles ne sont pas partagées, peuvent entraîner un sentiment de perte de contrôle, voire un vécu violent pour les femmes. Certaines femmes peuvent ensuite développer des troubles psychiques.
 

Pourquoi s’intéresser aux violences obstétricales aujourd’hui ?

Les violences obstétricales restant un sujet d’actualité, la réflexion doit se poursuivre. Pour cela, il est indispensable de dépasser le dualisme entre l’activisme – parfois extrême – et l’attitude défensive –qui tend à minimiser ces situations. Nous devons sortir de cette opposition permanente qui nourrit un climat délétère, néfaste à la relation de soins, et qui interdit en outre une réflexion profonde sur nos pratiques et les attentes des femmes.
 

Les séquelles psychologiques chez les jeunes mères sont-elles courantes ? Quelle en est la cause ?

En cas de vécu négatif ou violent de l’accouchement, voire traumatique, le risque de développer des troubles psychopathologiques ultérieurement s’accroît. La surmédicalisation et les interventions médicales répétées peuvent davantage encore provoquer un vécu négatif, de différentes manières : perte de contrôle, peur sinon effroi, douleur mais aussi manque d’implication dans les décisions. Et ce, surtout dans les situations d’urgence, encore plus propices à un vécu violent. Les séquelles psychologiques de ces violences sont encore mal quantifiées, mais leurs mécanismes sont bien connus. En revanche, il est délicat d’en donner une prévalence précise, tant les facteurs sont multiples.
 

Qu’en est-il de l’état de stress post-traumatique ? Ses liens avec l’accouchement sont-ils bien établis ?

Quand j’évoque les "mécanismes bien connus", je songe notamment au lien entre le sentiment de perte de contrôle, de manque d’implication et la peur intense, liés au développement d’un état de stress post-traumatique (ESPT). L’ESPT est caractérisé par des symptômes apparaissant après un évènement traumatisant, et persistants un mois après : reviviscences, évitement, hypervigilance, altération de la cognition et de l’humeur... Des comorbidités peuvent apparaître – addictions, dépression… – et des troubles de l’attachement à l’enfant peuvent se développer.
 

Quelles sont vos hypothèses quant aux pratiques et à l’éthique médicales ?

Mon hypothèse est qu’en impliquant mieux les femmes dans les décisions les concernant pendant l’accouchement, nous pourrions réduire ce sentiment d’impuissance, et ainsi améliorer le vécu et les éventuelles séquelles psychologiques. Cette implication des femmes répond au principe éthique d’autonomie et aux obligations légales d’information et de consentement éclairé.
 

Comment dépasser le dualisme soignants-soignés ?

Il faut recréer une relation de soins basée sur la confiance, limiter les rapports d’autorité entre le soignant et la femme. Les praticiens de la périnatalité doivent prendre conscience que des normes intériorisées ou des contraintes systémiques freinent la bonne implication des femmes dans les processus décisionnels lors de la naissance. Cette prise de conscience permettrait de replacer la femme au cœur du soin et de construire ainsi une relation saine et efficiente pour tout le monde.