Burkina Faso : Favoriser la réussite scolaire

Au Burkina Faso, en 2014, la Fondation Mustela a poursuivi son soutien, débuté en 2009, à Sœur Emmanuelle (Asmae), une association humanitaire de solidarité internationale engagée en faveur de l’enfance défavorisée (à hauteur de 20 000 euros en 2014).

L’aide de la Fondation Mustela a financé le projet intitulé "Favoriser la réussite scolaire pour un avenir meilleur à Ouagadougou et Koulpélogo au Burkina Faso".

 

burkina-faso_mustela.jpg

burkina-faso_mustela.jpg, par admin

Conformément au mode d’intervention d’Asmae, l’action est relayée, sur le terrain, par des acteurs locaux – en l’occurrence, les deux associations Idebak et ICCV (Initiative Communautaire Changer la Vie). Il s’agit d’améliorer l’équipement des infrastructures des centres ICCV de Ouagadougou et de Koulpélogo, dans le centre-est du pays.
Le centre ICCV de la capitale burkinabé comprend une école maternelle accueillant 90 enfants et une bibliothèque. Il offre aux enfants du soutien scolaire et des animations ludiques, artistiques et sportives. Ouverte sept jours sur sept, tard dans la nuit – car beaucoup d’élèves n’ont pas l’électricité chez eux – la bibliothèque communautaire donne accès, malgré des conditions de vie difficiles, à plus de 2 100 ouvrages. Ce lieu accueille 1 700 personnes chaque année, dont 94% d’enfants.
 
Dans la région de Koulpélogo, le projet soutenu par la Fondation Mustela poursuit trois objectifs :
  • l’installation d’équipements lumineux dans les salles de classe de quatre villages afin que les enfants puissent faire leurs devoirs et que les professeurs puissent préparer leurs cours après la tombée de la nuit (vers 18 heures) ;
  • l’enrichissement des bibliothèques scolaires par des livres et méthodes de gestion ;
  • la mise en place d’infirmeries scolaires dans cinq villages de la région particulièrement isolés, afin de pouvoir prodiguer les soins de première nécessité et d’éviter l’endettement que représente parfois l’hospitalisation d’un enfant loin de son village natal.
Au total, quelque 2 510 enfants burkinabés bénéficient de ce projet.